Appel à articles: Ciudades 19 (2016), «Une histoire urbanistique du 20e siècle? Réflexions historiographiques».

Nous sommes heureux de présenter l’appel à articles pour Ciudades 19 (2016), «Une histoire urbanistique du 20e siècle? Réflexions historiographiques». Nous vous rappelons la date limite pour l’envoi des articles: 11 septembre 2015.
Nos alegra poder compartir la nueva llamada a artículos para Ciudades 19 (2016), «¿Una historia urbanística del siglo XX? Reflexiones historiográficas» . Os recordamos que la fecha límite para la recepción de artículos será el 11 de septiembre de 2015.
We are pleased to share our new call for papers for: Ciudades 19 (2016), “An Urban History of the Twentieth Century? Historiographic reflexions”. We remind you that the deadline will be the 11th September, 2015.

Descarga pdf: Appel-Ciudades19-FR
Descarga pdf: Convocat-Ciudades19-ES
Descarga pdf: Call-Ciudades19-EN

Versión en EspañolEnglish

Version française
Une histoire urbanistique du 20e siècle? Réflexions historiographiques

On commémore aujourd’hui le centenaire des premiers grands congrès, expositions et concours d’urbanisme, qui eurent lieu en Europe. Ces anniversaires ont donné lieu à divers événements scientifiques, qui animent le débat autour de l’histoire de l’urbanisme et des villes au 20e siècle. Pour n’en citer que quelques‐uns parmi ceux qui nous sont les plus proches, Ciudades a consacré son numéro 6 (2001) au centenaire de la publication de Garden Cities of Tomorrow; la Berlin University of Technology a lancé l’exposition «City visions 1910/2010. Berlin Paris London Chicago. 100 years General Urban Design Exhibition in Berlin (‘Allgemeine Städtebau‐Ausstellung in Berlin’)»; plusieurs laboratoires parisiens se sont groupés pour organiser deux colloques successifs autour de l’invention du Grand Paris, revenant d’abord sur les travaux de la Commission d’extension de Paris de 1913 à 1919; enfin la Bauhaus Universität Weimar prépare la commémoration de sa propre fondation.

Les objets de ces rencontres scientifiques avaient en commun leur caractère international, qu’ils l’aient été dès l’origine ou qu’ils le soient devenus par leur diffusion et leur impact qui dépassèrent largement les frontières nationales. Comme de nombreuses publications l’ont déjà souligné (Topalov 1999), Il existe bien au début du 20e siècle un discours transnational sur la ville. Pourtant, la bibliographie d’histoire de l’urbanisme au 20e siècle est essentiellement nationale, notamment composée de monographies locales ou nationales. Lorsque les publications couvrent un espace plus large, elles prennent alors souvent la forme d’une juxtaposition de cas par pays. Ce constat est l’objet de discussions entre les équipes de recherche des universités de Weimar, Paris‐Est et Valladolid, formalisées au cours de plusieurs rencontres consacrées à la réflexion sur la pertinence et les conditions de possibilité d’une histoire de l’urbanisme européen au 20e siècle.

Au cours de ces discussions, plusieurs problèmes ont émergés, sur lesquels Ciudades souhaite ouvrir un débat plus large. Il s’agit d’abord de s’interroger sur les cadres pertinents pour comprendre l’évolution des faits urbains. Au delà des monographies locales, quels cadres spatiaux sont susceptibles de rendre compte des évolutions plus générales et quelles catégories d’analyse sont efficaces pour des études menées à ces autres échelles ? Quelles sont les conditions d’une approche comparative pertinente ? Au delà des questions de portée épistémologique générale, on peut s’interroger sur la pertinence d’une histoire européenne de l’urbanisme au 20e siècle. Quels pourraient en être les cadres territoriaux dans une période traversée par la colonisation, la décolonisation, des bouleversements politiques et des guerres qui en ont redessiné les frontières. De quel 20e siècle doit‐on parler ? D’un « long siècle » (Arrighi, 1999) défini par les cycles économiques, qui remonterait aux années 1880, ou même aux années 1860, d’un siècle politique qui commencerait avec la première guerre mondiale ou d’un siècle beaucoup plus court réduit à la période de consolidation de l’Union européenne comme acteur urbain à l’échelle internationale?

Intimement liée avec la question précédente, une question épistémologique basique se pose: cela a‐t‐il un sens d’autonomiser la réflexion sur l’histoire de l’urbanisme ou faut‐il considérer l’histoire urbaine dans son ensemble ? Histoire urbaine, histoire de la construction de la ville, histoire urbanistique, histoire de l’urbanisme sont des expressions qui se réfèrent à des objets différents (formations sociales, espace urbain, idées, politiques publiques, etc.) et à des disciplines et des approches diverses, mais pas toujours clairement différenciées. Alfonso Álvarez Mora, dans la « La nécessaire composante spatiale en histoire urbaine » (1996), a analysé les relations entre l’histoire urbaine, comprise comme une branche de l’histoire sociale, et l’histoire urbanistique, dont le fondement épistémologique serait l’espace urbain lui‐même, considéré comme un produit social contradictoire et non pas comme le simple support de faits sociaux. Comment appréhender la complexité de la construction de l’espace urbain à une échelle qui ne soit pas locale et, a fortiori, à une échelle internationale ? Souvent l’histoire de l’urbanisme peine à dépasser l’histoire des idées, celle de la circulation entre divers pays d’un produit intellectuel urbanistique ou de modèles d’action publique dominants, laissant de côté notamment toute la ville produite en dehors de ces circuits, ainsi que tous les processus non régulés par les pouvoirs publics, laissant de côté aussi le fait que ces idées sont le produit d’un contexte urbain. C’est pourquoi ce dossier de Ciudades vise aussi la critique historiographique avec une finalité prospective, dans ses mises en pratique (nouvelles questions et méthodes d’analyse qui présentent un intérêt pour l’histoire urbanistique internationale) et dans ses formalisations théoriques (analyse de la production historiographique sur les questions urbaines au 20e siècle, son évolution et ses tendances). De nouveau, nous formulons ici de manière générale la question de la possibilité d’une histoire urbaine/urbanistique, si bien elle peut être déclinée pour des contextes particuliers efficacement justifiés (Europe, 20e siècle) ?

Nous attendons des articles de plusieurs types:

  • des articles discutant de questions épistémologiques à propos de l’historiographie urbaine et urbanistique d’objets concrets, dans un espace international,
  • des articles tentant de mettre en oeuvre une histoire urbaine/urbanistique européenne sur un objet particulier.
  • des articles qui, avec la même ambition théorique, explorent l’histoire de la construction de l’urbanisme en discipline scientifique et d’enseignement et ensemble de professions,
  • Des articles de synthèse ou des articles critiques touchant à des questions historiographiques sur les faits urbains.

Coordinatrices du numéro: María Castrillo et Charlotte Vorms.

Réception des articles uniquement par e‐mail au secrétariat de la revue: revistaciudades@arq.uva.es

Les normes aux auteurs sont disponibles sur le site: http://www3.uva.es/iuu/Marcos_R.htm

0 comentarios

Dejar un comentario

¿Quieres unirte a la conversación?
Siéntete libre de contribuir!

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.